Si vous êtes adolescent ou jeune, il est possible que la notion de consentement n’est pas encore très claire pour vous. Vous vous êtes beaucoup documenté sur comment faire l’amour, vous en avez appris énormément auprès de vos amis mais vous ne savez pas grand-chose sur le consentement. On dirait bien que personne ne vous a renseigné sur ce point, or, c’est un aspect très important avant toute relation sexuelle. Une fille qui se retrouve au milieu d’une bande d’amis garçons et à qui on demande de pratiquer une fellation à tous peut ne pas se rendre compte qu’elle est en train de subir un viol. Un viol, oui parce qu’elle n’a pas l’occasion d’exprimer son avis, elle se sent obligée de s’y soumettre parce que ce sont ses amis. Elle n’a pas donné son consentement. Donc, pour vous qui êtes encore jeune, vous pourriez ne pas vraiment comprendre où commence le viol ou l’agression sexuelle. D’ailleurs, de nombreuses études ont démontré qu’un grand nombre d’adolescents et de jeunes se trouvent souvent dans une situation aussi floue. C’est terrible que vous soyez contrainte à céder sans pouvoir dire « non », et surtout, sans désir.

Les conséquences s’il n’y a pas de consentement

Souvent, les filles sont « invitées » à des pratiques et des actes dont elles ne comprennent pas bien le sens ni le but. On leur dit que c’est juste pour s’amuser et qu’il faut se lâcher. Désireuses de ne pas paraître vieux jeu ou ne voulant pas paraître timides ou effarouchées, beaucoup de filles se sont laissées entraîner dans des situations pour lesquelles elles n’ont pas dit oui ouvertement. Certaines sont sous l’influence de l’alcool ou de la drogue, ce qui font d’elles des cibles faciles. Le problème aujourd’hui, c’est qu’on considère le sexe comme un jeu, comme un passage obligé, quel que soit son âge et ses convictions. Pourtant, vivre la sexualité de cette manière, sans désir et sans engagement, c’est dégrader l’image de la sexualité, c’est la considérer comme un objet de consommation sans modération, sans réflexion. Pire, sans consentement, l’acte sexuel est réduit à quelque chose de banal et qui n’a pas d’importance. Cela conduit les filles qui en sont victimes à avoir une piètre image d’elles-mêmes, à perdre confiance en elles.

Confirmez votre droit de dire « oui » ou « non »

Si votre petit copain insiste pour que vous le touchiez ou pour coucher avec lui, alors que vous n’en avez pas envie, dites-vous bien que vous avez le droit de dire « non ». Il vous menace, il vous fait du chantage, il vous traite de tous les noms ? Dites « non » si vous ne voulez pas aller plus loin. Même si vous êtes en groupe et qu’on vous demande, même gentiment, de faire quelque chose que votre conscience ou vos principes ne vous permettent pas, faites preuve de fermeté et de maturité, refusez catégoriquement. En vous respectant vous-même, les autres vous respecteront aussi et il est fort possible qu’ils ne recommenceront pas cette expérience avec vous. Attendez d’avoir une bonne connaissance de vous-même, de ce que vous désirez vraiment sur le plan de la sexualité, d’être assez mûre et d’en avoir envie avant d’avoir des relations sexuelles. Pour mieux savoir comment atteindre une telle maturité, prenez le temps de consulter https://www.compatibilitedesprenoms.fr. Parce que la maturité, ce n’est pas juste copier les copines, faire comme elles, c’est être véritablement prête et vous sentir en confiance avec votre partenaire. C’est également vous assurer que lui aussi est entièrement consentant parce qu’un acte sexuel n’a de valeur que s’il se vit à deux.

Catégories : Pratique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avec la participation de: efficientcall.fr