Êtes-vous un chauffeur de taxi ? Êtes-vous un propriétaire de votre véhicule ainsi que d’une licence (ADS : autorisation administrative de stationnement sur la voie publique) ? Si tel est le cas, alors vous avez donc le statut d’un travailleur indépendant au regard de la sécurité sociale. Pour bien démarrer votre activité, vous devez vous inscrire au registre du commerce (RM) du CFE compétent. En tant que chauffeur de taxi indépendant, vous êtes soumis aux cotisations dues à l’Urssaf au titre du régime général de sécurité sociale des travailleurs indépendants.

Le régime du micro-entrepreneur est donc une option très intéressante lorsque l’activité de taxi est exercée de manière artisanale. L’exploitant de taxi peut alors louer son véhicule et sa licence à une personne physique qui est un locataire de taxi. Découvrez ci-dessous comment ce statut de locataire de taxi est défini et comment il fonctionne, ainsi que ses avantages et ses inconvénients.

Les 3 principaux statuts juridiques d’un chauffeur de taxi

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est essentiel d’examiner les différents statuts juridiques d’un chauffeur de taxi. Il y en a trois.

Tout d’abord, le statut d’artisan. Tous les chauffeurs de taxi indépendants peuvent en bénéficier. Ils disposent donc d’une grande liberté et d’une grande flexibilité dans leurs horaires de travail, tout en bénéficiant des avantages et en payant les pertes dans le cadre de leur activité.

Deuxièmement, le statut salarié. C’est le cas des chauffeurs de taxi qui travaillent pour une entreprise. Il existe donc un contrat de travail qui les lie à cette entreprise.

Enfin, le dernier statut est celui de locataire. C’est le moins utilisé en France. Mais il y a toujours quelqu’un qui est intéressé par ce statut.

Le chauffeur de taxi Hardicourt peut choisir entre ces statuts pour démarrer son activité dans le domaine du transport. Tout ce qu’il a à faire, c’est de faire le bon choix pour une réussite totale.

Location de taxis, définition

Depuis quelque temps, l’activité d’un chauffeur de taxi Hardicourt peut être exercée par le biais d’un contrat de location de service. En choisissant d’être un loueur de taxis qui loue une licence, vous bénéficiez d’un régime spécifique.

En ce qui concerne le statut professionnel, le loueur de taxis est considéré comme un indépendant. Toutefois, il est considéré comme des employés aux fins de la sécurité sociale parce qu’il n’est pas propriétaire de son véhicule. Ainsi, deux conditions cumulatives doivent être remplies pour être couvertes par le régime général de sécurité sociale. Ce qui signifie être le locataire de la voiture et de la licence également. Et ce sont les tarifs de transport fixés par l’autorité publique qui doivent être appliqués. Le paiement des cotisations sociales (employeur et salarié) est effectué par l’employeur à l’Urssaf. Il en va de même pour les chauffeurs de taxi salariés (forfait, etc.).

Le loueur étant un indépendant, il ne bénéficie pas des diverses allocations et exonérations liées à l’embauche de salariés. Les contributions versées par le locataire sont incluses dans le prix du billet payé par le locataire. Le loueur de taxi Hardicourt n’est plus affilié au régime général de par la loi, car il est considéré comme un indépendant. Il est donc affilié au régime général de sécurité sociale des travailleurs indépendants, avec l’obligation de s’inscrire au registre du commerce.

Location de licences

Dans le cadre d’un contrat de location-gérance, une licence peut être louée. C’est ainsi depuis le 1er janvier 2017. Cela inclut les licences délivrées avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi.

Ainsi, l’exploitation de la licence sera attribuée à une personne qui aura le droit de l’exploiter librement et à ses propres risques, moyennant le paiement d’une redevance. Toutefois, le titulaire de la licence est également responsable des dettes contractées par le locataire-gérant. Depuis l’exploitation de la licence jusqu’à la publication du contrat de location-gérance et pendant les six mois qui suivent cette publication, le titulaire de la licence est solidairement responsable.

Être locataire d’un taxi : les plus et les moins

Le statut de loueur de taxis n’est pas l’option préférée des chauffeurs de taxi en France. Mais cela ne signifie pas qu’elle est la moins utile. Louer un taxiHardicourt garantit un service de transfert sûr, ponctuel et confortable. En contactant un tel prestataire de services, il est en effet possible de toucher du doigt le confort et la sécurité. Le client aura à sa disposition un professionnel expérimenté et qualifié qui connaît parfaitement les raccourcis. Par conséquent, être un locataire de taxi Hardicourt présente certains avantages et inconvénients.

Avantages

Selon les ressources financières du chauffeur de taxi, ce statut de taxi peut être une meilleure option. Non seulement il ne nécessite que très peu de gestion, mais le locataire est libre d’essayer le métier en investissant un minimum d’argent.

En tant que locataire d’un taxi Hardicourt, vous devez payer un loyer mensuel au loueur. Plusieurs critères définissent le prix de la location. La ville, le véhicule et l’assurance doivent être pris en compte. Ce qui est intéressant, c’est que le loyer n’est pas règlementé par la loi, mais est défini par le locataire. Le loueur de taxis est lié par un contrat civil avec la société de location. Comme il est considéré comme un indépendant, il peut conserver tous ses revenus.

Inconvénients

Le loyer est fixé par le loueur et peut être très élevé. Le locataire de taxi peut avoir des difficultés à payer un montant considérable. De plus, ce prix n’est soumis à aucune législation et le loueur peut en faire ce qu’il veut tout en gagnant plus d’argent. Si vous souhaitez louer un taxi, vérifiez simplement le montant du loyer avant de vous lancer. Le locataire est libre de déterminer le coût de la location d’un taxi Hardicourt. Pour votre information, les prix varient de 1 500 à 4 000 €.

De plus, le Code du travail ne protège pas le chauffeur de taxi locataire, car il n’est pas lié à son loueur par un contrat de travail. Cela signifie que le loueur n’est pas le patron du locataire. Il est donc considéré comme un indépendant et ne reçoit aucune aide en cas de chômage.

 

Catégories : Pratique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avec la participation de: efficientcall.fr